Skip to content →

Critique : Antichrist de Lars von Trier

Antichrist est un film qui choque et qui surprend, mais qui ne mérite certainement sa réputation sulfureuse. Certes le film est dur, cru et violent, mais il n’est pas aussi choquant que cela et il s’agit même d’une réussite.

L’histoire du film Antichrist :

« Un couple en deuil se retire à  » Eden « , un chalet isolé dans la forêt, où ils espèrent guérir leurs coeurs et sauver leur mariage. Mais la nature reprend ses droits et les choses vont de mal en pis… »

Antichrist évoque la chute et la déchéance d’un couple suite à a mort de leur enfant. Il évoque la responsabilité de chacun dans cette terrible histoire. La misogynie est clairement abordée avec la responsabilité de la femme dans la destruction du couple, car ici il ne s’agit pas d’une banale histoire de deuil, mais l’histoire va bien plus loin quand la solitude se transforme en cauchemar puis en folie. Lars von Trier fait en quelque sorte sa psychanalyse avec ce film dont il a écrit le film en pleine dépression et ce sentiment se retrouve tout le long du film. Il s’en dégage une tristesse de chaque instant. Ce film est un vrai drame, un film qui reste noir du début à la fin, un film qui prend aux tripes et nous entraine avec lui vers la tristesse absolue.

Le début du film est magnifique avec un prologue en noir et blanc filmé au ralenti et montrant en même temps la joie de l’amour (qui comme on le verra tout le long du film n’en est pas un) et l’horreur avec la mort d’un enfant. Le film aborde de nombreux thèmes comme le deuil, la thérapie, la misogynie, le pouvoir et l’influence de la nature, la vengeance ou encore la culpabilité … Car le film est beaucoup plus profond qu’il n’y parait et le film prend rapidement une tournure inattendue quand le couple qui représente (avec l’enfant) les seuls personnages du film rencontre une nature terrible et violente.

Une relation entre homme et femme avec Charlotte Gainsbourg

La relation entre l’homme et la femme prend alors une toute tourneuse en mêlant sexe et violence. La folie prend donc le dessus, mais avec de tels évènements pouvait-il en être autrement. Dès lors, le scénario devient un peu plus complexe en mélangeant imaginaire, mythologie, religion et le film devient de plus en plus confus un peu comme la raison des personnages. Tout cela amènera à une fin inattendue avec la destruction violente d’une histoire d’amour qui apparait pourtant comme réelle, mais qui ne survivra à cette terrible épreuve.

Le film est émaillé de scène vraiment très dure visuellement, car tout est montré à l’écran que ce soit les scènes de violence ou de sexe. Il est d’ailleurs surprenant de voir jusqu’ou est allée Charlotte Gainsbourg. Il est vrai cependant que certaines scènes semblent avoir été tournées pour choquer le public comme la réelle pénétration du début du film ou la masturbation ensanglantée. Mais ces scènes sont nécessaires pour montrer la psychologie des personnages notamment la dépendance au sexe de Charlotte Gainsbourg.

Antichrist est donc un film dont on ne ressort pas indemne tant il choque et nous touche au plus profond de nous même. Voici une histoire que l’on est pas prêt d’oublier ne serait ce que pour la dureté de ces images et la cruauté de leurs histoires.

Antichrist

  • Titre : Antichrist
  • Date de sortie cinéma : 3 juin 2009
  • Réalisé par Lars von Trier
  • Avec Willem Dafoe, Charlotte Gainsbourg, plus
  • Long-métrage français, italien, polonais, danois, suédois, allemand.
  • Genre : Thriller, Drame, Epouvante-horreur
  • Durée : 1h44 min

 

Published in Films

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *